[wpms_breadcrumb reverse="0"]

Quel style d’apprentissage pour quelle formation professionnelle ?

 Quel style d’apprentissage pour quelle formation professionnelle ?

Le style d’apprentissage, voilà une notion bien peu évoquée s’agissant de la formation continue, et pourtant nous avons tous une approche différente quand il s’agit de se former. Alors que revêt réellement cette notion, et surtout en quoi peut-elle influer sur l’efficacité de chacune de nos formations continues ?

 

Réussir ses formations continues en connaissant son style d’apprentissage

Le plus souvent, le choix d’une formation professionnelle, qu’il émane de l’entreprise ou qu’il soit décidé par le salarié lui-même, répond avant tout à un objectif précis et défini. Choisir une formation avec des cours certifiés Microsoft doit ainsi permettre aux apprenants de gagner en compétences avec une formation diplômante, mais aussi satisfaire au attentes de l’entreprise en quête d’un gain de productivité.

Il appartiendra ensuite de choisir la forme la plus adaptée, en s’orientant vers une formation  en présentiel ou en privilégiant le e-learning voire même le Blended Learning. Enfin, la formation inter entreprise ou même intra entreprise sera adoptée et l’ensemble de ces choix conditionnera la pertinence et l’efficacité de chacune de ces formations continues.

Et pourtant, avant même de commencer ce cursus professionnalisant, chaque apprenant doit apprendre à identifier son style d’apprentissage, afin d’identifier ses forces et ses faiblesses. Si de nombreuses études ont permis de définir plusieurs processus pour comprendre les spécificités de chaque individualité, les styles d’apprentissage définis par Kolb restent un modèle du genre.

 

Les styles d’apprentissage de Kolb, mieux se connaitre pour mieux se former

L’apprentissage expérientiel reste une notion apparue avant la seconde guerre mondiale, mais il aura fallu attendre le début des années 1980, pour que David A. Kolb théorise ces différents styles d’apprentissage, qui définissent le profil de tous les apprenants. La formation professionnelle représente ainsi une adaptation d’un individu (l’apprenant) à son environnement. Pour s’adapter, quatre grands modèles ont été mis à jour, reposant sur les schémas intellectuels de chacun et s’appuyant sur les 4 grandes façons de réagir : percevoir, penser, agir et sentir.

 

Le cycle de l’apprentissage de Kolb définit ainsi 4 phases distinctes :

  1. Concret Experience: l’expérimentation concrète
  2. Reflective Observation: l’observation réfléchie
  3. Abstract Conceptualization: conceptualisation
  4. Active Experimentation: émission d’hypothèses

 

Pour David A. Kolb, un apprentissage ne peut être complet que s’il conduit chaque apprenant à passer par chacune de ces 4 phases. En revanche, chaque individu a une manière distincte d’aborder cette phase d’adaptation, et pourra donc se sentir plus à l’aise avec l’une ou l’autre de ces phases. Tout l’intérêt de la formation continue consiste donc à renforcer cet état, tout en conduisant l’apprenant à sortir de sa zone de confort en passant successivement par les trois autres phases du processus d’apprentissage.

 

Quelle place les styles d’apprentissage doivent avoir sur la formation continue et les études supérieures ?

La typologie de Kolb n’est pas la seule s’agissant d’optimiser l’apprentissage de chacune et chacun, et d’autres méthodologies reposent plus sur la personnalité de l’individu, alors que d’autres font la part belle aux circonstances et à l’environnement d’apprentissage. En revanche, bien que l’application de ces théories soit moins pressante en France qu’Outre-Atlantique, toutes les formations continues proposées par F2I Formation prennent en considération qu’un  apprentissage optimal ne peut se résumer à une simple acquisition de compétences. L’observation (Concret Experience) et  la mise en pratique (Abstract Conceptualization) doivent conduire à l’appropriation des formations par l’apprenant lui-même. Cette phase d’Active Experimentation représente la capacité de l’apprenant à mobiliser tous les enseignements reçus au cours de cette formation continue, et atteste donc de l’utilité et de la pertinence de cette dernière.

Il est donc inutile de vouloir absolument décomposer chaque formation inter ou intra entreprise en 4 phases distinctes, comme le rêvait David A. Kol, mais bien de prendre en compte le parcours formatif qui doit conduire l’apprenant à observer, réfléchir, comprendre et mettre en pratique. En ce sens, même à l’heure de la prépondérance des formations dans le numérique, le schéma d’apprentissage est désormais bien connu et identifié avec un objectif unique : permettre à chacun de gagner en compétences.

Et vous, quel est votre style d’apprentissage ? Avez-vous conscience de ces 4 phases distinctes pour apprendre de manière efficace ?

COVID – 19

Informations importantes concernant la situation actuelle

En savoir en plus