[wpms_breadcrumb reverse="0"]
LE BLOG DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

Quand la formation professionnelle dépasse le simple stade des compétences

 Quand la formation professionnelle dépasse le simple stade des compétences

On pense souvent à de nouvelles compétences, lorsque l’on évoque la formation professionnelle. Pourtant, cette formation peut aussi constituer un travail sur soi, pour prendre en compte ses propres lacunes et ses propres faiblesses. Et ce travail commence nécessairement par une question : a-t-on confiance en soi-même ?

 

La vie professionnelle, une succession de conflits et de relations tendues

Pour les étudiants, ayant décroché récemment leur diplôme, mais aussi pour les seniors, qui ont déjà fait leurs preuves, la vie professionnelle multiplie les situations tendues. Quel que soit le domaine d’activités, pour un chef d’équipes comme pour un employé de bureau, il faut apprendre à faire face à ces relations conflictuelles. L’expertise acquise dans un domaine de compétences, que ce soit par le biais de l’obtention d’un diplôme ou encore d’une (ou plusieurs) formation(s) continue(s) n’est pas suffisante pour se sortir de ces moments, où chacun doit pouvoir exprimer clairement et avec force ses propres convictions. Il faut alors avoir confiance en soi et travailler à renforcer cette estime de soi-même. Des formations continues permettent de parvenir à ses fins, en pouvant même prioriser ses ambitions, comme, par exemple, en s’initiant au Management Agile notamment. Mais cette confiance en soi dépasse le simple stade de la méthode à appliquer, mais englobe une prise de conscience et un travail sur soi, que chaque salarié mais aussi chaque travailleur indépendant doit avoir comme projet.

 

Expertise et confiance en soi, deux bases nécessaires pour réussir sa carrière professionnelle

Pour pouvoir faire face à toutes les situations, il faut savoir communiquer de manière efficace, d’autant plus à une époque où le dialogue et la concertation sont devenues des bases incontestables de l’évolution professionnelle. Et pour pouvoir s’exprimer, il faut être en mesure de transmettre un message clair et assumé. C’est ici, que la confiance en soi est essentielle. Car faire valoir ses idées ou ses projets conduit le plus souvent à s’opposer à d’autres approches, qui peuvent même parfois être diamétralement opposés.

Il est donc essentiel de pouvoir justifier un argument, de pouvoir étayer un propos et même de pouvoir répondre aux éventuelles objections, qui peuvent être soulevées au cours de ces relations tendues. Seule la confiance en soi garantit une aisance à s’affirmer, et de la confiance en soi à l’affirmation de soi, il n’y a qu’un pas. En prenant conscience de cet état de fait, que l’on retrouve dans toutes les entreprises, le salarié a déjà fait un grand pas, et il ne lui restera plus qu’à se faire aider s’il en éprouve le besoin en optant pour une formation continue axée sur le développement personnel et l’efficacité professionnelle. Dans tous les cas, cette confiance en soi ne doit pas masquer des lacunes ou un manque de connaissances, et pouvoir s’affirmer par rapport aux autres ne peut s’envisager, que lorsque l’on maîtrise son (ou ses) sujet(s) d’expertise.

 

People pleasing, quand « dire oui » est un obstacle au quotidien

La confiance en soi constitue donc un puissant levier d’évolution professionnelle, puisqu’il permet à chacun de pouvoir s’affirmer en faisant valoir ses projets et sa vision du développement de l’entreprise. Mais cette qualité démontre aussi la capacité du salarié à ne pas tomber dans le piège de ce que les DRH nomment le « people pleasing ».

En effet, une mauvaise estime de soi entraine le salarié à vouloir masquer cette faiblesse, en « voulant faire plaisir à ses collaborateurs ou à sa hiérarchie ». Le people pleasing, littéralement faire plaisir aux gens, désigne cette attitude, qui pousse certains salariés à toujours dire oui. Que ce soit par un manque criant de confiance en soi, ou par crainte de se faire mal juger, le people pleasing représente un véritable frein à l’évolution professionnelle, dans la mesure ou il ne permet pas au salarié de se distinguer.

Voilà donc pourquoi, on peut estimer que la confiance en soi est une qualité aussi importante que le diplôme au cours d’une période de recrutement, et que commencer par s’interroger sur cette problématique constitue la première étape d’une stratégie gagnante.

 

Et vous, ou en êtes-vous avec votre confiance en vous ? Estimez-vous, qu’elle doit être renforcée ? Et avez-vous déjà connu cette généralisation du people pleasing ?