[wpms_breadcrumb reverse="0"]
LE BLOG DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

La formation professionnelle dans les TPE et les PME, des avancées significatives !

 La formation professionnelle dans les TPE et les PME, des avancées significatives !

Faciliter la tâche des PME ou des TPE s’agissant de la formation professionnelle, c’est aussi un des objectifs moins soulignés de la récente réforme portée par le Ministère du Travail.  Des  efforts, qui doivent permettre aux plus petites entreprises de bénéficier de toutes les  incitations destinées à la formation continue.

La transformation en profondeur du Compte Personnel de Formation (CPF) et l’annonce de la création d’une application devant permettre de choisir et financer sa formation en quelques clics ont monopolisé toute l’attention lors de l’annonce de la réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage. Pour autant, on ne peut pas limiter les effets de cette loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel à ces deux seules mesures, tant les évolutions décidées sont nombreuses et importantes. Le Ministère du Travail s’est également efforcé de favoriser l’accès à la formation pour les PME et les TPE, et ce à travers plusieurs mesures.

 

 

La formation dans les PME et les TPE, des efforts pour la rendre plus accessible

En voulant démocratiser la formation professionnelle et l’apprentissage, la Réforme ouvre de nombreuses possibilités tant pour les salariés que pour les entreprises. Entre la validation des acquis de l’expérience (VAE), la préparation opérationnelle à l’emploi ou encore la mobilisation du Compte personnel de Formation (CPF), les possibilités de formation sont nombreuses, et tout a été fait pour que les TPE et PME ne soient pas exclues de ces dispositifs. Mme Murielle Pénicaud, Ministre du Travail, a confirmé cette ambition : « les TPE et PME doivent être aidées. (…)Les TPE et PME sont souvent des fournisseurs ou des distributeurs des grandes entreprises qui ont donc un rôle à jouer ». C’est pourquoi, la mutualisation des ressources dédiées à la formation et alimentées par les entreprises n’est aujourd’hui destinée qu’aux TPE et PME. Les grandes entreprises contribuent à renforcer les efforts de formation des plus petites structures, ce qui contribue à une plus grande égalité des chances pour les salariés d’une part mais aussi à  une adaptabilité plus souple et plus efficiente pour les PME et TPE d’autre part.

En revanche, toutes les entreprises peuvent profiter de l’alternance, en se décidant pour le contrat de professionnalisation, ou en optant pour un nouveau dispositif initié par cette Réforme : la Pro-A.

 

Le contrat de professionnalisation, l’alternance accessible aux PME

Le contrat de professionnalisation (CDD) ou la période de professionnalisation en début de CDI reste la voie privilégiée pour accueillir un alternant. Destiné à des jeunes âgés de 16 à 25 ans ou à des demandeurs d’emplois de plus de 26 ans, le contrat de professionnalisation est d’une durée comprise entre 6 et 12 mois, mais pourra être prolongé jusqu’à 24 mois (et même 36 mois dans certaines situations particulières). Pour les PME, ce contrat de professionnalisation permet de recruter un profil, répondant à des ambitions spécifiques tout en limitant la prise de risques, à condition de bien définir les besoins et la solution à privilégier, alors contactez-nous vite.

 

Pro-A, une nouvelle réponse pour remplacer la période de professionnalisation

La période de professionnalisation a été supprimée aux termes de la Réforme pour faire place à « Pro-A », un dispositif de reconversion ou promotion par l’alternance. Ce dispositif est accessible à tous les salariés en CDI ou en CUI-CDI, à condition que leur niveau de qualification soit inférieur ou égal à la licence. Toutes les formations proposées par « Pro-A » doivent viser l’obtention de :

  • Un diplôme,
  • Un titre,
  • Une certification professionnelle
  • Une qualification professionnelle reconnue.

 

Laissée à l’initiative du salarié ou de l’entreprise, « Pro-A » apparaît être une formation par alternance destinée à la reconversion et/ou à la promotion des salariés. La formation elle-même doit être comprise entre 15 et 25 % de la durée totale (des dérogations peuvent être acceptées) sans toutefois être inférieure à 150 heures. La pro-A doit toujours faire l’objet d’un avenant au contrat de travail.

Besoin d’en savoir plus ou de vous renseigner sur ce dispositif trop méconnu, n’hésitez pas et renseignez-vous, nos conseillers vous répondent.