[wpms_breadcrumb reverse="0"]
LE BLOG DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

La formation continue en France est-elle en mesure de répondre aux défis de demain ?

 La formation continue en France est-elle en mesure de répondre aux défis de demain ?

Le marché du travail se transforme profondément, et les missions assignées à la formation professionnelle et à l’apprentissage se modifient également. En France, la formation continue a été revue pour faire face plus efficacement à ces nouvelles obligations, de quoi être optimiste pour les années à venir.

 

 

La formation professionnelle en France, un état des lieux contrasté

On ne peut pas encore évaluer pleinement et précisément les bénéfices de la dernière réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage. D’autant plus que cette réforme implique encore la mise en place de plusieurs mesures, dont la très attendue application mobile, qui devrait permettre de choisir une formation continue en quelques clics. C’est donc la situation préalable, celle existant jusqu’au 31 décembre 2018, que s’est attachée à analyser le rapport de l’OCDE : « « Getting Skills Right: Future-Ready Adult Learning Systems ». Le constat est sévère pour la grande majorité des pays occidentaux. Il souligne les effets de la digitalisation des économies, avec la robotisation des emplois nécessitant le moins de qualifications. Cette disparition des emplois peu qualifiés implique donc une montée en compétences de la part des salariés, qui doivent pouvoir prendre en charge des missions à plus forte valeur ajoutée. C’est ainsi, qu’en France comme ailleurs, la formation continue en général et l’alternance / apprentissage en particulier sont présentées comme deux piliers indispensables pour renforcer la réussite de notre transformation digitale.

 

La formation continue, le levier nécessaire pour faire face à la transformation du marché du travail

La modification profonde du Compte Personnel de Formation (CPF) a été imaginée pour répondre à cet ambitieux objectif. Si chaque entreprise peut toujours continuer à organiser la formation continue de ses collaborateurs, les salariés disposent désormais de plus d’autonomie pour redéfinir une véritable reconversion professionnelle, en suivant telle ou telle formation continue. Il ne s’agit pas d’opposer le plan de développement des compétences, initiée au sein même de l’entreprise, au projet de transition professionnelle, dont la mise en œuvre relève du salarié, mais bien de poursuive un objectif commun : l’employabilité.

Et dans un monde, qui change à un rythme, qui ne cesse de s’accélérer, la formation continue s’impose alors comme l’outil le plus efficace en la matière. Il n’est pas étonnant dans ces conditions, que le rapport de l’OCDE souligne, que 49 % des salariés ayant suivi une formation professionnelle estiment que leur formation a été très utile et bénéfique à leur parcours professionnel.

 

Apprentissage et formation professionnelle, un objectif commun : l’employabilité

Les études initiales ont, elles aussi,  été modifiées, avec des mesures favorisant notamment le développement de l’alternance. L’ambition reste identique, puisqu’il s’agit de renforcer les apprentissages théoriques par une grande connaissance et maitrise de la réalité du quotidien des entreprises.

Pour ce qui concerne la formation continue, les évolutions récentes ne concernent pas uniquement, bien au contraire, le financement de celle-ci mais impliquent également la nature même du contenu de ces apprentissages continus. Les formations numériques représentent une des offres les plus importantes, mais aussi une des demandes les plus souvent exprimées par les salariés. Les compétences métiers constituent un deuxième axe important dans l’offre de formation professionnelle aujourd’hui, puisqu’il s’agit de pouvoir doper sa capacité à occuper les nouvelles missions, définies par les entreprises.

Parce que les besoins d’une multinationale ne sont pas les mêmes que ceux d’une PME, tous les acteurs économiques disposent enfin d’une offre adaptable pour organiser cet apprentissage continu de leurs collaborateurs. Formation intra entreprise, plateforme e-learning, formation tutorée à distance, formation inter entreprise, …. Chaque situation peut faire l’objet d’une adaptation des dispositifs, et c’est ce qui assure la pérennité de cette réforme de la formation professionnelle.

Les autorités publiques ont donc bien anticipé les recommandations de l’OCDE, et les acteurs de la formation professionnelle en France, comme l’institut F2I dispose désormais de tous les outils pour répondre aux exigences des entreprises mais aussi aux ambitions des salariés. De quoi attendre avec sérénité les résultats de la prochaine étude de l’OCDE….