[wpms_breadcrumb reverse="0"]
LE BLOG DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

2019, la formation professionnelle en sommeil ou en cours de réforme ?

 2019, la formation professionnelle en sommeil ou en cours de réforme ?

Les autorités publiques annonçaient de profonds changements dans le domaine de la formation professionnelle et de l’apprentissage à compter du 1er janvier 2019. Ces changements ont bien eu lieu, même si le secteur semble s’être plongé dans un profond immobilisme.

 

Quand la réforme de la formation continue implique une baisse de l’attractivité des ….formations professionnelles

De nombreux spécialistes des ressources humaines et de la formation professionnelle attendaient depuis longtemps une réforme profonde de la formation continue. Depuis le 1er janvier dernier, celle-ci a commencé à entrer en vigueur. Bien qu’il faille attendre le début de l’année 2020 pour voir tous les dispositifs prévus être opérationnels, force est de constater que les premiers mois de l’année 2019 ne sont guère prometteurs en termes de formation professionnelle. Ce ne sont pas les besoins qui s’amoindrissent mais bien le manque de visibilité, qui inquiète les responsables des ressources humaines.  Le remplacement des OPCA par les OPCO, le transfert des prérogatives des Fongecif aux futures Commissions paritaires interprofessionnelles régionales (CPIR), les nouveaux systèmes de financement, l’attente de la super application devant faciliter le choix des formations par les salariés eux-mêmes, …. Trop de modifications semblent avoir effrayé les acteurs du secteur, qui semblent préférer une attitude attentiste depuis le début de l’année. Ces inquiétudes se renforcent devant la relative incompréhension des salariés eux-mêmes, qui prennent, peu à peu conscience, de la véritable révolution subie par la formation professionnelle et l’apprentissage.

 

Le financement de la formation professionnelle, des inquiétudes néfastes aux salariés comme aux entreprises

Ces inquiétudes se doublent d’une perte financière pour une partie des entreprises, puisque les entreprises de plus de 50 salariés ont connu une amputation de leur enveloppe formation au profit des entreprises comptant moins de 50 salariés. Il n’en fallait pas plus pour voir le budget formation stagner en 2019 pour 52 % des entreprises interrogées alors que presque une sur trois (29 % pour être précis) se déclarait même prête à voir ce budget à la baisse.

2019 devrait donc être une année de transition selon certains observateurs, devant permettre aux salariés de s’approprier leur nouveau Compte Personnel Formation, aux entreprises d’assimiler les nouvelles règles applicables en la matière, et aux autorités publiques de finaliser les multiples dispositifs, dont le lancement est prévu d’ici au 1er janvier 2020.

Cette période d’inertie sera aussi une période, au cours de laquelle les services formation des entreprises vont pouvoir se consacrer à d’autres tâches jugées comme prioritaires. Et lorsque les entreprises sont interrogées, elles citent volontiers :

  • La nécessité d’élaborer un processus pour définir les formations les plus pertinentes à proposer à leurs collaborateurs
  • L’obligation de trouver des indicateurs objectifs et fiables pour mesurer l’efficacité et donc le ROI de ces formations professionnelles.

 

Ces travaux pourraient, selon certains économistes, impliquer une refonte des politiques formation dans les grandes entreprises. Après une année atone en 2019, la formation professionnelle connaitra-t-elle de nouvelles tendances dès 2020 ? La question est déjà posée. Toujours est-il que si la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel ambitionnait de faciliter et de « démocratiser » l’accès aux formations continues, l’objectif semble difficilement tenable pour 2019. Est-ce le nécessaire prix à payer pour transformer un système qui était arrivé à bout de souffle ? Seul l’avenir pourra nous permettre d’apporter une réponse motivée.

Et pour vous, l’année 2019 sera-t-elle une année atone pour la formation continue ? Pensez-vous que cette phase de transition aura des conséquences plus durables sur le secteur de la formation professionnelle en France ?